La Finance Décentralisée : de quoi parle-t-on ?

L’article dont vous rêviez pour briller de mille feux en société : devenez un expert de la DeFi en 5 minutes chrono.

La blockchain et ses applications

Pour comprendre comment fonctionne la Finance Décentralisée et quelle est sa raison d’être, il faut d’abord saisir l’intérêt et les champs d’application de son sous-jacent technologique : la blockchain.

Démocratisé en 2009 avec l’invention de Bitcoin (bien que ses premières mentions remontent aux années 90), ce terme désigne à l’origine une technologie de stockage et de transmission de l’information, une base de données universelle, sans autorité ni frontière, partagée à l’ensemble de ses utilisateurs, en toute transparence, et sans intermédiaire. En d’autres termes, la blockchain s’avère être un protocole numérique sécurisé, enregistreur de propriété et créateur de confiance. Ni plus ni moins.

Les transactions y sont validées par consensus, rendues immuables puis mises à disposition pour quiconque souhaite les consulter. Plus besoin de croire, vous pouvez désormais vérifier.

En dix ans, l’application concrète de cette technologie a permis un nombre d’innovations incalculable, révolutionnant des problématiques comme la création et l’échange de valeurs monétaires, la traçabilité des données, la tokenisation d’actifs “traditionnels” (immobilier, art, jeux vidéos… les fameux NFT dont votre neveu parle à chaque repas de famille), le droit de propriété… mais pas que.

Ethereum, dApps et smart-contracts

C’est en 2015, avec l’avènement d’Ethereum, que s’est développée la fameuse Finance Décentralisée (DeFi, pour Decentralized Finance, en anglais), un écosystème financier alternatif recréant les services financiers traditionnels (prêt, épargne, assurance…) sur la blockchain, de façon automatisée, décentralisée et en pair à pair.

Ici, l’absence de contrôle humain est permise par la création de smart contracts (ou contrats intelligents, en français) des lignes de code inaltérables, transparentes et auditables, exécutant instantanément certaines opérations à partir du moment où des conditions prédéfinies sont remplies (exemple : si X reçoit X bitcoins, alors il en envoie X à X). Ces contrats, agrégés entre eux, donnent naissance à des dApps (Decentralized Applications, en anglais), des protocoles sans autorité centrale fournissant des services automatisés basés sur ce principe.

Les parties prenantes peuvent ainsi effectuer des opérations précises en fonction d’instructions totalement auditables tout en garantissant une exécution non-biaisée, puisque les contributeurs du réseau vérifient que personne n’a pu modifier le programme.

Du fait de l’absence d’intermédiaire, les frais de structure sont faibles, les règles du jeu claires et les prises de décision immédiates.

Avec près de 100 milliards de dollars de liquidité placées sur l’ensemble des protocoles, la Finance Décentralisée s’impose de plus en plus comme une réponse aux problématiques des 2 milliards d’individus non bancarisés à travers la planète, et comme une option financière juste et équitable pour tous les autres.

Quel avenir pour la DeFi ?

En proposant une approche transparente, non-censurable et ouverte à tous (une connexion Internet suffit pour utiliser les protocoles de Finance Décentralisée) des services financiers, la DeFi s’attelle à révolutionner l’industrie la plus puissante de notre époque.

Mais révolutionner ne signifie pas pour autant remplacer, et il serait fou d’imaginer que l’intégralité des services proposés aujourd’hui par les sociétés qui nous entourent puissent, à l’avenir, se passer d’intermédiaires.

En outre, dans son processus d’adoption à grande échelle, la DeFi se heurte à un autre élément : sa complexité. S’il reste techniquement possible pour n’importe quel individu connecté de profiter des services offerts sur la Finance Décentralisée, le faire correctement, néanmoins, nécessite du temps, des connaissances et l’adoption de certaines mesures de précaution pour ne pas voir l’expérience tourner à la catastrophe. 

Parmi les centaines d’applications qui voient le jour chaque semaine sur les différentes blockchains, un nombre conséquent se révèlent être des arnaques, ou tout simplement des projets aux ambitions bancales portés par des personnes incompétentes. Si certains sont facilement identifiables, d’autres, en revanche, usent de techniques bien plus rusées pour accumuler les fonds d’utilisateurs pris au piège, avant de disparaître du jour au lendemain.

Les forces de cet écosystème faisant aussi ses faiblesses, toute responsabilité n’y est plus endossée par personne si ce n’est l’utilisateur, qui ne peut donc se retourner vers aucun support en cas de problème. Chacun peut donc devenir son propre banquier. Mais tout le monde en a-t-il vraiment les capacités et l’envie ?

Pour toutes ces raisons, il y a fort à parier que l’avenir se constitue de solutions hybrides permettant aux individus d’accéder aux services de la Finance Décentralisée, mais de façon simple et sécurisée, pour faciliter au maximum son adoption.

Des questions vous viennent à l’esprit ?
N’hésitez pas à consulter notre FAQ, notre lexique, nos autres articles ou à nous contacter directement.
Nous sommes là pour vous !

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager !

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on telegram

Prêt à réveiller

votre épargne ?

🚀 Rejoignez notre liste d’attente pour accéder à nos services en avant-première
et gagner jusqu’à 100€ à l’ouverture de votre compte !

🚀 Rejoignez notre liste d’attente pour accéder à nos services en avant-première et gagner jusqu’à 100€ à l’ouverture de votre compte !

Prêt à réveiller votre épargne ?

🚀  Rejoignez notre liste d’attente pour accéder au service en avant-première et gagnez jusqu’à 100€ à l’ouverture de votre compte !